Du lundi au samedi 09h00 - 20h00

Menu

Avocat en Droit routier à Paris

 

Maître ALAGAPIN-GRAILLOT, avocat à Paris et titulaire d’un master de Droit public, est spécialisé en droit routier et vous accompagnera devant les différentes démarches liées aux infractions au Code la route :

  • Invalidation de permis
  • Suspension de votre permis de conduire
  • Contestation de points suite aux infractions au Code de la Route (conduite sous stupéfiants, alcool au volant, grand excès de vitesse, etc.)
  • Délit routier
  • Implication dans un accident de la route
Avocat droit routier Paris 17

Conduite après avoir fait usage de stupéfiants

L'usage des stupéfiants tels que les opiacés, la cocaïne, le cannabis et les amphétamines est sanctionné par 2 ans d'emprisonnement et 4 500 € d'amende (art. L235-1 du Code de la route).

Ainsi, les forces de l'ordre sont autorisées à effectuer des opérations de dépistage, notamment lorsque le conducteur est responsable d'un accident de la circulation. Si le dépistage est positif, le conducteur peut être contraint à des analyses sanguines afin de confirmer les soupçons, notamment suite à des graves infractions routières.

Le cabinet attire votre attention sur l’importance de la demande une contre-expertise ! Contrairement aux idées reçues, la contre-expertise est gratuite, et elle ne prolonge pas la durée de votre garde à vue. Elle reste un élément utile à l’établissement de votre défense.

Votre permis vous a été confisqué suite à un dépistage positif ?  Contactez immédiatement votre avocat à Paris, Maître Ailey Alagapin-Graillot, afin de défendre vos intérêts.

Avocat droit routier à Paris 1

Vous avez besoin de plus d’informations ?

N'hésitez surtout pas à me contacter au 01 88 24 54 35

Je répondrai à toutes vos questions !

Contactez-moi

Avocat en droit routier à Paris 17

Conduite sous l'emprise d'un état alcoolique

Vous avez été contrôlé au volant dans un état alcoolique ? Si le taux d'alcoolémie est compris entre 0,25 et 0,39 mg/litre d'air expiré, il s'agira d'une contravention de 4e classe pour laquelle vous recevrez une amende qui entraînera une perte de 6 points de permis. Selon les cas, une suspension de permis peut être prononcée par le juge.

À partir de 0,8 g/litre de sang (soit 0,40 mg/l d'air expiré), l'infraction devient un délit et votre permis vous est immédiatement retiré.

La suspension, voire l'annulation, peut être prononcée par le Tribunal correctionnel. Le cabinet vous assistera dès votre interpellation et jusqu'au terme de la procédure afin de s'assurer de sa validité. Il effectuera également un recours auprès du préfet pour stopper la procédure de suspension.

Excès de vitesse

Les grands excès de vitesse sont sévèrement punis, mais la loi met à votre disposition une série de recours, notamment si l'infraction a été relevée par un radar automatique, le cabinet se chargera de contester l'excès de vitesse.

Votre permis a fait l'objet d'une rétention provisoire par les gendarmes ? Passé le délai de 72 h suivant cette rétention administrative, le préfet peut prendre un arrêté portant suspension du permis de conduire pour une durée maximum de 6 mois. Selon votre situation, il sera possible d'effectuer un recours en urgence devant le Tribunal Administratif afin d'obtenir la suspension de cette décision.

Votre permis de conduire a atteint un solde nul ? Vous avez été informé de cette perte de permis de conduire par le ministre de l’Intérieur ou par les forces de l'ordre ? Le cabinet mettra tout en œuvre pour que vous puissiez récupérer votre permis et vos points. En cas de perte de points, le cabinet vous orientera sur l'opportunité de réaliser un stage de sensibilisation à la sécurité routière afin d'obtenir la récupération de 4 points sur le permis de conduire.

Conduite sans permis et permis invalide après solde nul

La conduite sans permis vise la situation dans laquelle vous êtes contrôlé en train de conduire alors que vous n’êtes pas titulaire d’un permis de conduire, ou que votre permis de conduire a atteint un solde nul, et a subi une invalidation après réception d’un courrier dit « 48 SI ».

Ces infractions sont sévèrement punies par le Code de la route et pourront entrainer une éventuelle condamnation devant les tribunaux.

Par ailleurs, le contrevenant peut encourir la confiscation du véhicule.

À nouveau, les avocats du cabinet vous accompagneront à l’occasion de cette procédure devant les juridictions compétentes.

Consultez également :